Le projet de recherche du Dr Laure Verret

Etudier l’effet de la stimulation lumineuse pour restaurer les souvenirs

Le Dr Laure Verret étudie les interneurones, qui sont des petits neurones particulièrement importants pour la mémoire. Ils viennent coordonner l’activité de plusieurs millions d’autres neurones.

Dans la maladie d’Alzheimer, ces interneurones fonctionnent mal, ce qui entraine une activité cérébrale dissonante et perturbe la mémoire. Son projet vise à utiliser la stimulation lumineuse afin de réactiver ces interneurones et restaurer les souvenirs.

C’est la première fois qu’une équipe de recherche se penche sur ces interneurones comme cible potentielle dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

L'interview du Dr Laure Verret

Fondation Vaincre Alzheimer :  « Avez-vous un lien personnel avec la maladie d’Alzheimer ? »

Je fais aujourd’hui partie des rares personnes qui n’ont pas de proches atteints ou ayant été atteints par la maladie d’Alzheimer. J’en mesure la chance, car être confronté à cette maladie, et notamment à l’oubli des moments partagés de la part des personnes qui nous sont chères, est une épreuve qu’on ne peut souhaiter à personne.

 

Fondation Vaincre Alzheimer : « Pourquoi avez-vous choisi d’axer vos recherches sur cette maladie neurodégénérative ? »

A mes yeux, le cerveau est le système le plus fascinant que la nature ait généré. Cet organe fait de nous ce que nous sommes, avec nos souvenirs, nos joies et nos colères, grâce à une machine biologique dont la complexité échappe encore à notre compréhension. Parfois, la machine subit des dommages, avec des conséquences parfois catastrophiques sur l’intégrité des personnes. Je suis convaincue que le cerveau a en lui les ressources nécessaires pour parvenir à contrecarrer ces dysfonctionnements, et notre mission est de l’aider à y parvenir.

Fondation Vaincre Alzheimer : « En quoi votre projet est-il prometteur dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer ? »

L’originalité de ce projet est qu’il examine une nouvelle cible potentielle dans le traitement de la maladie d’Alzheimer : les interneurones. Il évalue en outre la possibilité d’utiliser dans le cadre de la maladie d’Alzheimer une technologie émergente en neurosciences, l’optogénétique, qui consiste à contrôler l’activité de neurones spécifiques avec une résolution temporelle extrêmement précise grâce à des flashs lumineux. Cette technique fait l’objet d’un intérêt croissant et son application dans le cadre de maladies neurodégénératives chez l’homme est aujourd’hui sérieusement explorée.

Fondation Vaincre Alzheimer : « Comment avez-vous entendu parler des subventions proposées par la Fondation Vaincre Alzheimer ? »

La Fondation Vaincre Alzheimer fait partie des organismes à but non lucratif dont les actions sont incontournables dans le monde de la recherche sur la maladie d’Alzheimer en France et en Europe. J’en ai donc entendu parler par mes collègues dès mes premiers jours de post-doctorat.

 

Fondation Vaincre Alzheimer : « En quoi une subvention privée de la part d’une fondation est-elle essentielle ? »

Aujourd’hui la recherche serait en danger sans le soutien des associations et fondations. Ces dernirèes représentent actuellement 95% des ressources financières de mon groupe, nous ne pourrions tout simplement pas poursuivre nos recherches sans elles. En outre, la subvention accordée par la Fondation Vaincre Alzheimer est ici intégralement utilisée pour le salaire d’une doctorante dont les recherches seront dédiées à ce projet. En plus de permettre à des centaines de projets de recherche de voir le jour et/ou de se développer, les fondations comme la Fondation Vaincre Alzheimer donnent l’opportunité à de jeunes et talentueux scientifiques de poursuivre sereinement leur formation par et pour la recherche.

Un grand et sincère merci à toutes ces personnes dont la contribution nous permet de travailler au quotidien et de faire avancer la recherche sur cette pathologie dévastatrice.